Archives mensuelles : janvier 2016

Marchons vers l’école : Apprendre c’est marcher !

Apprendre c’est marcher !

Extraits de l’article de Rémi Sussan posté le  30 janvier 2016 sur le site lemonde.fr

à l’adresse http://internetactu.blog.lemonde.fr/2016/01/30/apprendre-cest-marcher/

Les futurs éducateurs vont peut-être devoir mieux prendre en compte le rôle du corps et de l’exercice dans la pratique éducative. C’est un point que nous avons déjà abordé dans un précédent article, mais qui tend à se confirmer…

L’exercice qui semble avoir le plus d’impact sur nos capacités cognitives est aussi le plus simple, puisqu’il s’agit de la marche. Barbara Oakley, que nous évoquions il y a peu, ne manque pas de le souligner : « Un chimiste remarquablement inventif du milieu du XIXe siècle, Alexander Williamson, a observé qu’une promenade solitaire valait une semaine dans le laboratoire pour l’aider à faire progresser son travail… Marcher stimule la créativité dans beaucoup de domaines : ainsi nombre d’écrivains célèbres, tels Jane Austen, Carl Sandburg et Charles Dickens, ont trouvé l’inspiration au cours de leurs fréquentes et longues promenades. »

De récents travaux donnent raison à Williamson et à Dickens. La marche accroît les capacités cognitives. Par exemple, une recherche effectuée par une équipe interuniversitaire espagnole tend à montrer que les adolescentes qui se rendent à l’école à pied ont de meilleures capacités cognitives (mesurées à l’aide d’un test standard) que celles qui rejoignent leur établissement en bus ou en voiture. Et les jeunes femmes qui marchent plus de 15 minutes s’en tirent mieux que celles qui parcourent une distance inférieure. Pourquoi des filles et pas des garçons ? Après tout, le communiqué nous informe que la recherche a été effectuée sur 808 garçons et 892 filles. L’étude originale n’est malheureusement pas disponible, mais on tient sans doute un élément de réponse dans ce passage qui note que, pendant l’adolescence, « la plasticité du cerveau est supérieure à tout autre moment de la vie, ce qui rend la période propice pour stimuler la fonction cognitive« . Cependant, continue l’article, l’adolescence est la période qui voit la plus forte baisse de l’activité physique, et elle est plus sensible chez les filles. Autrement dit, on peut en déduire que l’étude s’intéresse surtout à ces dernières parce qu’elles se dépensent moins que les garçons pendant cette phase de leur vie.

Marcher, c’est créer

Pourquoi la marche possède-t-elle cet effet ? La première hypothèse serait qu’elle favorise ce mode diffus dont nous parlait Barbara Oakley, et permettrait ainsi à l’inconscient de dégager des solutions créatives. Cependant, il semble que les bénéfices de la marche ne soient pas simplement dus au fait de « changer d’air » ou de s’aérer l’esprit, mais que l’acte de marcher agisse directement sur le cerveau, du moins si l’on en croit une expérience menée à Stanford et rapportée par le blog Machines Like Us.

L’étude concernait la créativité. Pour mesurer celle-ci, on recourt à un exercice maintenant classique : il s’agit de trouver un maximum d’usages inédits pour un objet usuel (savoir si ce type de créativité présente le moindre rapport avec la rédaction du Bateau ivre est une question que nous n’aborderons pas aujourd’hui).

Comme toujours dans les expériences psychologiques, on a divisé les sujets en deux groupes. En cette circonstance, l’un restait immobile tandis que l’autre marchait. Le nombre de réponses inventives trouvées par le groupe de marcheurs s’est avéré supérieur de 80 % à 100 % à celui qu’obtenaient les personnes assises. Mais cela ne s’arrête pas là. Les chercheurs ont refait l’expérience, mais cette fois les marcheurs restaient à l’intérieur, sur un tapis de course, tandis que les « immobiles » pouvaient se balader dehors, mais en chaise roulante. Résultat, les marcheurs se sont révélé une fois encore les plus créatifs.

[…]

Vers de nouvelles pratiques éducatives ?

Mais à qui ce genre de découvertes s’applique-t-il ? Dans son livre Brain Rules traduit récemment sous le titre Les Douze Lois du cerveau, le biologiste John Medina observe que bon nombre des recherches effectuées sur ce sujet concernent les personnes âgées, tandis que « le nombre d’études nous renseignant sur les effets de l’exercice sur les enfants est carrément microscopique. »

Bon, les choses changent tout de même doucement. Pour exemple, cette étude relatée par le New York Times, effectuée sur 220 enfants de 9 ans environ. Un âge, où, nous explique le magazine, se développent particulièrement les fonctions exécutives du cerveau, celles qui aident à se concentrer et à jongler entre diverses tâches, bref à planifier nos activés. Le groupe fut divisé en deux, 110 enfants servant de « groupe témoin » tandis que l’autre moitié se livrait après l’école à un programme d’exercices physiques divers, toujours très ludiques. L’expérience dura toute l’année scolaire. A la fin, les petits sujets passèrent divers tests cognitifs et les membres du groupe ayant vécu l’entraînement physique se montrèrent meilleurs dans les domaines liés à ces fonctions exécutives et notamment dans celui de « l’inhibition attentionnelle » qui permet de rejeter les informations sans valeurs et de se concentrer sur la tâche en cours (les enfants du groupe témoin progressèrent aussi, mais dans des proportions moindres).

[…]

Voir l’article complet à l’adresse http://internetactu.blog.lemonde.fr/2016/01/30/apprendre-cest-marcher/

Allez ! Demain j’emmène mes enfants à pied.

MarchonsVersLEcole                        Pedibus

Résultats de la vente de livres

IMG_1837

Merci encore à tous ceux qui ont participé à l’événement que ce soit les « acheteurs » de livres ou les « donneurs » de livres et de jeux.

IMG_1830

Le montant de la vente a permis de restituer aux 2 écoles maternelle et élémentaire la somme de 160 € pour des achats possibles à l’Espace culturel ou dans le magasin Leclerc.

Pour l’école maternelle, 25 livres ainsi que 3 jeux ont été récoltés.

Pour l’école élémentaire, 26 livres ainsi que 6 puzzles ont été récoltés.

Ils seront donnés aux équipes des N.A.P.

P1020207 P1020205

Des livres adultes ont également été donnés et seront intégrés dans un projet de « petite bibliothèque libre ».

IMG_1839 IMG_1834

Merci encore !

Marchons en famille

20160124_112412

Dimanche 24 janvier,  nous avons eu une superbe matinée pour un tour en vélo ! Nous n’avons pas croisé une seule voiture sur l’itinéraire prévu vers la chapelle Saint Barthélémy (excepté pour la traversée de la nationale).

On remet cela dimanche 7 février 2016, même lieu de RV (Place des écoles) et même horaire (10h).

Merci aux participants.

L’équipe de l’APEP

Ressources « éducation »

L’association Jardin SOLEIL (Espace Parents-enfants tous les mardi à Pignans) propose aux parents une sélection de livres sur l’éducation, si d’autres titres vous intéressent, vous pouvez voir avec Virginie EMILE, également à l’APEP Tel : 06 119 19 219.
Ces livres sont mis à la disposition des adhérents de l’APEP et de jardin SOLEIL
H. Ginott : Parents épanouis, enfants épanouis
A. Verdiani : Ces écoles qui rendent nos enfants heureux – Pédagogies pour éduquer à la joie
Dr T. Gordon : Parents efficaces : une autre écoute de l’enfant
C. Dumonteil Kremer : « Élever son enfant autrement » « Poser des limites à son enfant » « Une nouvelle autorité sans punition ni fessée »
I. Filliozat : « J’ai tout essayé » « Il me cherche » « Il n’y a pas de parent parfait » « Au cœur des émotions de l’enfant »
Jane Nelsen : La discipline positive
P. Wipfler : A l’écoute des enfants
éveiller, épanouir, encourager son enfant : la pédagogie Montessori à la maison
M. Montessori : la pédagogie scientifique tome 1
S. Bousquet Rabhi : la ferme des enfants
E. Snel « Calme et attentif comme une grenouille » avec CD

Sortir des clichés sur les cours d’écoles

Harcèlement, popularité, confiance ? Comment aider nos enfants, à l’école ? Une vidéo de 12 minutes pour donner à nos enfants des outils pour sortir des situations difficiles :

Sortir des clichés sur les cours d’écoles : Emmanuelle Piquet at TEDxVaugirardRoad 2013
Psychopraticienne et formatrice, Emmanuelle Piquet est co-fondatrice et associée de recherche au CRISS, le Centre de Recherche sur l’Interaction et la Souffrance Scolaire. Elle consulte à Lyon et à Mâcon, notamment pour apaiser les souffrances des enfants. Elle forme des professionnels sur ce thème dans la plupart des pays d’Europe francophone.